Universcience - Responsabilité Sociétale de l'Établissement

 

universcience

Sensibiliser

Sensibilisation des publics au développement durable

Universcience est un établissement public qui regroupe le Palais de la découverte et la Cité des sciences et de l'industrie. Depuis de nombreuses années, les deux lieux intègrent le développement durable dans leurs offres (expositions, animations, conférences, etc). Notre ambition est de guider les citoyens dans ce changement sociétal qu'implique le développement durable. L'établissement propose ainsi des éclairages scientifiques objectifs sur les savoirs et les technologies qui accompagnent ces mutations.

Transmettre la culture du développement durable

  • Quelques unes de nos expositions sur le développement durable

    Cité des sciences et de l’industrie

     

    Palais de la découverte

    • Les survivants de l’extrême - 2011
    • Mission à Carbone City - 2011
    • Aventures aux pôles : vers un réchauffement climatique ? - 2007
    • Envisat, sentinelle de l’environnement - 2007
    • Séismes, volcans, tsunamis, vivre avec le risque - 2007
  • Tout au long de l'année : découvrez des animations sur le développement durable

    Toute l’année et lors d’évènements exceptionnels comme la Semaine du développement durable, nos animateurs proposent au grand public des ateliers, exposés et animations. Beaucoup sont en lien direct avec les expositions en cours comme les workshops internationaux « Ville numérique et agriculture bio-high-tech » autour de l'exposition Habiter demain : réinventons nos lieux de vie.

    Loungeshare, un week-end de coopération créative à la Cité des sciences. Le défi posé aux designers, ingénieurs, makers et curieux : fabriquer des meubles à partir de 35 m3 d’objets usés et de matériaux bruts.
    Résultat : 10 objets ont été fabriqués sur le thème « Créez votre espace de travail ».

  • Films à la Géode

    La géode est dotée d’un des écrans hémisphériques les plus grands du monde. Elle évoque, à sa manière les problématiques liées à la fragilité et à la préservation des écosystèmes.

    En 2008, La Géode a organisé le festival « Planète Géode : les plus grands films sur la Terre ». Les documentaires ont été suivis par :

    - des débats tels que : Total Pole Airship avec Jean-Louis Etienne, Carte blanche à National Geographic Channel ou encore Un jour sur terre d’Alastair Fothergill et Mark Linfield.

    - les plus grands films sur la Terre : Récifs coralliens, L’île aux requins, Deep sea - Dansons sous la mer, Forces de la nature et Ouragan sur la Louisiane, Ecoworld, SOS Planète, L’eau et les hommes et Planète Bleue.
    Pour aller + loin : découvrez la Géode

Rencontrer nos publics

Chaque année une centaine de conférences-débats ont lieu à la Cité des sciences et au Palais de la découverte dont une large partie traite des problématiques de développement durable.

  • Rencontres remarquables

    En 2011 : le Palais de la Découverte a inauguré, en partenariat avec l’Ademe, « Les mardis durables ». La même année, la Cité des sciences et de l'industrie accueillait le 8e Forum international de la météo et du climat.
    En 2012, le 1er colloque international participatif sur la sécurité alimentaire, intitulé « La fin de la faim en 2050 ? » se tenait à la Cité des sciences et de l'industrie.
    L’objectif du colloque était de confronter les idées de quatre groupes d’élèves et d’étudiants ayant exploré les zones d’ombre de débats sur les systèmes alimentaires mondiaux à des panels d’experts internationaux. Chaque groupe avait pour mandat de proposer 10 recommandations sur la sécurité alimentaire.

  • Les reportages multimédia de Science actualités

    Les enjeux de développement durable sont régulièrement abordés dans les expositions d'actualités, présentées à la Cité des sciences et de l'industrie et disponibles en ligne. Une rubrique est d'ailleurs dédiée à la nature et l’environnement.

    Quelques uns des sujets traités ces dernières années :

Partager nos ressources

accueillir

Accueil de tous les publics

La mission première de diffusion de la culture scientifique et technique nécessite de s’adresser à de nouveaux publics. Il s'agit d’exploiter pleinement les potentialités du numérique et de l’innovation pour développer de nouvelles approches, à la fois créatives et participatives. Concernant le partage des connaissances, la responsabilité d’Universcience est d’être à l’écoute des besoins spécifiques de tous les publics : à travers une plus grande accessibilité de nos sites et des formes de médiation innovantes au service des publics les plus éloignés.

Etre accessible à tous

  • Des sites accessibles

    L’établissement est engagé de longue date dans la mise en accessibilité de ses sites et productions. Depuis son ouverture en 1986, la Cité des sciences est labellisée « tourisme et handicap » pour les 5 handicaps. Le projet de rénovation en cours au Palais de la découverte doit permettre la mise en accessibilité de ce monument historique.

    A la Cité des sciences et de l'industrie, les aménagements spécifiques récents ont été conçus de façon à les rendre « invisibles » aux visiteurs. Afin de rendre les espaces plus agréables et plus confortables pour tous, tous ces aménagements sont disponibles sans stigmatiser les personnes en ayant besoin.

    Quelques exemples d'aménagements :

    • Bande de guidage relief et contrastée au sol pour aveugles et mal voyants
    • Respect des pentes pour personnes en fauteuil roulant
    • Equipement de tous les postes d’accueil et de caisse d’un « écritoire » pour personnes en fauteuil roulant et d’une boucle magnétique pour personnes malentendantes
    • Attention portée au choix de la typographie, contrastes et tailles des caractères pour la charte graphique
  • Qualité et accessibilité des offres et services

    Une équipe dédiée veille à la qualité et à l’accessibilité, ainsi qu' à la satisfaction des visiteurs sur nos deux sites. Deux sites web explicitent cette accessibilité : ma Cité accessible, mon Palais accessible.

    Quelques exemples sur nos expositions :

    • maquettes en relief, qui augmentent l’attractivité de l’exposition pour tous en évitant l’exclusion des personnes déficientes visuelles
    • sous-titrage des audiovisuels, indispensable pour les personnes malentendantes et un confort pour tous dans un environnement bruyant
    • utilisation de dessins explicatifs, qui facilite la compréhension de tous, en particulier des étrangers ou des visiteurs peu à l’aise avec l’écrit.
  • Design universel pour le web

    La refonte des sites internet cite-sciences.frpalais-decouverte.fr et universcience.fr a été conçue pour l’accessibilité aux personnes handicapées (respect des normes internationales - conformité au RGAA - loi 2005.)

    Culture et handicap

    Depuis 2003, Universcience travaille en collaboration avec d’autres établissements du ministère de la culture afin de proposer des mesures concrètes visant à améliorer, à court terme, l’accueil des personnes handicapées dans les équipements culturels (Réunion des établissements culturels pour l’accessibilité, RECA). Ces travaux portent sur l'emploi des personnes handicapées, la promotion des offres culturelles auprès des personnes handicapées, l'apport des nouvelles technologies pour les visiteurs déficients sensoriels et l’évaluation des offres et dispositifs proposés.

Favoriser la création

  • Inmédiats

    Ré-inventer nos lieux pour aller à la rencontre de nouveaux publics : telle est l’ambition du programme Inmédiats soutenu par les Investissements d’avenir, dont Universcience est partenaire depuis 2011.

    En 2013, l’une des réalisations phares d’Inmédiats a été l’ouverture au grand public d’un Fab lab et d'un Living lab au carrefour numérique² de la Cité des sciences et de l'industrie.

    Objectif : rendre la recherche et l’innovation accessibles au plus grand nombre, et notamment aux 15-25 ans et aux publics éloignés.

  • Fab lab

    Le Fab Lab de la Cité des sciences est un atelier d’autoproduction coopérative de prototypage d’objets, équipé d’outils de conception et de production 3D : stations graphiques, imprimantes 3D, découpeuse laser, etc... Il fonctionne sur une logique de partage du savoir et de co-élaboration de solutions techniques.

    Il est désormais possible d'effectuer une visite virtuelle du Fab Lab en 3D.

  • Living lab

    Le Living Lab de la Cité des sciences est un espace grand public d’expérimentation destiné à tester, dans un processus de recherche et développement, l’usage des dernières interfaces technologiques ou encore des nouvelles approches de médiation numérique comme les serious games.

    Zoom sur l'image (Nouvelle fenêtre)

     

Encourager la solidarité

Avec ses nombreux partenaires, Universcience propose des services personnalisés en accès libre répondant à de réels besoins de société, contribuant ainsi à réduire les disparités sociales par des accompagnements solidaires :

  • La Cité de la santé

    L'ambition d'un tel espace est d'aider les usagers à devenir des interlocuteurs, voire des partenaires à part entière des professionnels de la santé. Ils deviennent « acteurs de leur santé ».

    Quelques exemples d'offres et services :

    "Questions-santé a obtenu en février 2015 le label qualité Aide en santé créé par l'INPES, Institut national d'éducation et de prévention sur la santé, afin d’accompagner les dispositifs d’aide à distance en santé dans leurs démarches d’amélioration continue de la qualité, et de mieux répondre aux exigences du public"

  • La Cité des métiers

    Interview O. Las Vergnas, créateur et responsable de la Cité des métiers jusqu’en 2014

    En quoi la Cité des métiers répond-elle aux enjeux RSE ?

    Olivier Las Vergnas : La fonction première de la Cité des métiers (CDM) est d’aider les personnes à s’orienter, s’insérer dans la vie professionnelle et à y évoluer au rythme des mutations technologiques. Le cœur de métier de la CDM porte cette responsabilité en tant que service public. La CDM est cogérée par la Ville de Paris, le conseil régional 93, la Région Ile-de-France, l’Etat ce qui en fait un acteur fort du territoire. C’est une unité partenariale qui collabore avec une soixantaine de partenaires : associations, acteurs locaux, territoriaux, institutionnels. Enfin, ce modèle, qui existe depuis vingt-et-un ans, a fait des émules puisque 40 CDM se sont implantées dans le monde dans 10 pays.

  • Le soutien scolaire, numérique et la médiation avec les enfants malades (Roussy)

    Encourager la solidarité, c'est aussi :

    • L’accompagnement scolaire : jeunes polytechniciens et étudiants de grandes écoles assurent régulièrement, à la Bibliothèque d’Universcience, une aide scolaire pour les jeunes. En partenariat avec la Fondation L’Oréal.
    • L’accompagnement numérique : Le Carrefour numérique2, à la Cité des sciences, accueille en ses murs Access-Site, un « Espace public numérique » qui offre des animations, des ateliers et des accompagnements individualisés à tous les publics et notamment les publics en situation de handicap vivant à Paris et ses environs. En partenariat avec la Fondation Garches.
    • La Cité auprès des enfants malades : depuis septembre 2007, un partenariat a été mis en place entre la Cité des enfants et le département d’oncologie pédiatrique de de l’institut de cancérologie Gustave-Roussy. Régulièrement, la Cité des enfants rend accessible ses espaces aux enfants malades, et lors d’évènements, comme la Fête de la science ou les fêtes de fin d’année, les médiateurs de la Cité des enfants animent des séances ludiques au sein même de l’hôpital.
  • Egalité hommes / femmes

    Le 25 mars 2014, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, et Claudie Haigneré, présidente d’Universcience, ont signé une Charte pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans le domaine des sciences et des techniques. Cette charte se traduira par :

    • l’avancée de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes au sein de l’établissement,
    • la sensibilisation des personnels et de l’encadrement aux enjeux de l’égalité
    • la lutte contre les stéréotypes,
    • la prise en compte de l’égalité et des questions de genre dans les offres aux publics
    • et par la promotion de la mixité des filières et des métiers.

Qualité de visite en 2014 :

Cité des sciences

8,5 / 10

palais Découverte

8,0 / 10

*Qualité de visite notée par le comité régional de tourisme

éco-concevoir

Réduction de notre empreinte environnementale

Depuis plusieurs années l’établissement s’efforce d’appliquer les principes du développement durable dans ses activités quotidiennes et notamment dans le mode de productions des expositions. L’objectif principal est de réduire l’empreinte écologique de l’établissement dans un souci d’éco-citoyenneté. Pour cela, plusieurs actions ont été menées.

Éco-concevoir nos expositions

  • Chronologie éco-conception des expositions

    • 2006 : Premier essai d’exposition éco-conçue (Changer d’Ere, Cité des sciences et de l’industrie)
    • 2009 : Réalisation d’un guide d’éco-conception des expositions
    • 2009 : Première exposition éco-conçue (Ma Terre Première, Cité des sciences et de l’industrie)
    • 2010 : Signalétique des expositions écologique (toiles recyclées en partenariat avec Bilum)
    • 2010 – 2011 : formations à l’éco-conception des expositions (une vingtaine d’agents)
    • 2011 : Création d’un groupe de travail inter-établissements publics sur la récupération et la mutualisation des éléments scénographiques (pilotage Universcience et Musée du Quai Branly)
    • 2012 : Partenariat avec l’association Culture qui anime un réseau d’organismes publics afin de permettre la mutualisation d’éléments scénographiques
    • 2012 : Lancement de l’opération « zéro déchets » avec le démontage de « Océans Climat et nous » 
    • 2013 : Ouverture de« Mille milliards de fourmis », exposition éco-conçue au Palais de la découverte
  • 2008 : Ma Terre première, 1ère exposition 100 % éco-conçue

    Une exposition de 600 m² éco-conçue tout en respectant la qualité d’usage et l’ensemble des contraintes liées à ce type de projet : viabilité économique, normes de sécurité, accessibilité, offre de qualité.

    Quelques exemples d'amélioration environnementale :

    • optimiser les volumes pour le transport en dimensionnant les éléments d’exposition en fonction du gabarit du camion (2 semis remorques nécessaires au lieu de 3 habituellement pour transporter une exposition de cette taille).
    • conception de supports polyvalents et modulables pour une utilisation multiple (système « mécano ») et dimensionnement les éléments en fonction des panneaux standard pour limiter les chutes.
    • choix de matériaux recyclés (caoutchouc recyclé pour le revêtement de sol), renouvelables (bois labellisé PEFC ), naturels (peintures d’argile), bruts (qui ne nécessitent pas de peinture).
  • 2012 : Océan, climat et nous, 1er démontage propre à 100 %

    Nous avons mis en place un protocole « démontage propre et intelligent » afin de donner une deuxième vie aux éléments de l'exposition avec un objectif « zéro déchets ».

    Après avoir trouvé des solutions de reprise en interne, les éléments ont été proposés aux partenaires de l’exposition ou à des partenaires externes :

    • le réseau Scéno&Co, qui met en relation des établissements culturels offrant et récupérant des éléments d’exposition,
    • le groupe de travail AGREE* du Club de développement durable des établissements publics, piloté par le Quai Branly et Universcience. (*AGREE = atelier de gestion responsable des expositions et événements)

    Les matériaux constitutifs des éléments « irrécupérables » (panneaux de bois, métaux, plexiglas, bâches…) sont transformés pour d’autres usages en interne. Le reste est trié pour être recyclé.

    La démarche s’est pérennisée avec une évolution significative des taux de récupération sur l’année 2012 :

    Version textuelle des taux de récupération

    Zoom sur l'image (Nouvelle fenêtre)

  • 2013 : Mille milliards de fourmis, exposition phare éco-conçue au Palais de la découverte

    Des principes d’éco-conception ont été appliqués à l’exposition " Mille milliards de fourmis ", avec la volonté d’intégrer cette préoccupation tout au long du processus de conception.

    Quelques résultats sur cette exposition :

    • Pas de peintures mais des matériaux bruts
    • L'usage de mobiliers anciens recyclés (mobilier de brocante)
    • Des éléments de manip assemblés plutôt que collés (pour éviter les composés organiques volatils)
    • L'utilisation de robinier pour la réalisation d'une sculpture de très grande taille. Ce bois présente des qualités intrinsèques très intéressantes : le robinier pousse vite, demande très peu d'eau et enrichi le sol au lieu de l'appauvrir. En outre, il n'a pas besoin d'être traité.
    • Partenariat avec un fournisseur de moquette qui fabrique ses produits à partir de fibres recyclées et récupère la moquette en fin de vie pour la recycler.

    Les éléments de l’exposition temporaire Mille milliards de fourmis (2013-2014) ont été réutilisés à 98%. Certains éléments ont été reconfigurés et adaptés par l’Espace des sciences de Rennes, associé au Museum d’histoire naturelle de Nantes. D’autres par le Pavillon des sciences de Montbéliard.

Maîtriser notre impact environnemental

  • Réalisation d’un bilan carbone

    Universcience a effectué le Bilan Carbone® de ces deux sites sur l’année 2008. Ce diagnostic a permis d’identifier les activités les plus significatives en matière d’impact sur le réchauffement climatique. De ce bilan a été tiré une liste d’actions priorisées, intégrées à la stratégie globale de l’établissement.

    Version textuelle des graphiques

     
    Zoom sur l'image (Nouvelle fenêtre) Zoom sur l'image (Nouvelle fenêtre)

    Les postes les plus émetteurs en carbone sont :

    • la consommation d’énergie
    • les déplacements des visiteurs
    • ce que nous achetons : fournitures, services et travaux.

    C’est pourquoi l’établissement a notamment engagé l’éco-rénovation de ses bâtiments ainsi qu’une politique d’achats responsables.

  • Moins d’énergie pour plus de créativité

    Un audit énergétique nous a permis d’établir une feuille de route sur les actions à conduire pour être plus vertueux. Ces travaux s'inscrivent sur le long terme mais certaines solutions ont déjà pu être mises en place comme la géothermie pour un des bâtiment de bureaux en 2013. Des initiatives sont menées quotidiennement comme pour l’éclairage des expositions et des bâtiments :

    Christophe Cochard, chef de l’atelier électricité au Palais de la découverte

    « Nous avons entrepris de remplacer les ampoules à incandescence par des ampoules basse consommation. Elles consomment quatre à six fois moins d’électricité, ont une durée de vie jusqu’à 15 fois supérieure, émettent moins de chaleur et génèrent des coûts de maintenance plus faibles. De plus, elles sont recyclables à 93 %. Et permettent 80 % d’économies d’énergie par rapport aux lampes traditionnelles. » 

    Patrice Durier, chef du département exploitation et développement technique des expositions à la Cité des sciences.

    « En ce qui concerne l’éclairage des expositions, nous avons pu éliminer la quasi-totalité des projecteurs les plus consommateurs et réduit la consommation des projecteurs cadreurs (35 W contre 75 W).

    Nous souhaiterions maintenant remplacer les projecteurs à lampes à incandescence par des projecteurs à LED. »

  • Réduire notre impact en produisant moins de déchets

    Le papier à usage administratif fait l’objet d’une collecte sélective depuis 2008, avec des résultats en amélioration constante : 50 kg par salarié en 2014, le taux de récupération du papier a été multiplié par 2,5 entre 2011 et 2014.

    La démarche s’est étendue au tri des matériaux utilisés dans nos expositions et chantiers. Et désormais les démontages d’exposition font l’objet d’un tri systématique. En outre, à chaque démontage d’expositions ou réaménagement d’espace, on étudie en interne et auprès de nos partenaires les possibilités de réutilisation afin de réduire les mises à la benne.

    Cela a permis de réduire sensiblement notre production de déchets qui a été divisée par 2 entre 2011 et 2014 mais également de réaménager des espaces à moindre coût.

    Dans un autre domaine, les équipements informatiques en fin de vie ou hors service sont collectés, triés et parfois valorisés sous forme de dons à des associations (notamment via Ateliers sans frontières).

Consommer durable

Repenser nos besoins, notre façon de consommer et d’acheter est une démarche longue et complexe. Il n’existe pas de solutions toutes faites, mais plutôt des raisonnements à intégrer dans chacune de nos tâches quotidiennes.

En 2012 : 20% du montant total des marchés de fonctionnement comportaient des clauses éco-responsables. En 2014 : ce pourcentage s’élevait à 65 %.

Quelques exemples d'initiatives :

  • • Gérer notre parc d’impression

    Un projet de refonte du parc d’impression a été conduit, en associant étroitement les collaborateurs afin de mieux répondre à leurs attentes tout en réduisant notre empreinte écologique. Les imprimantes, photocopieurs, scanners et fax des deux sites ont été remplacés par des machines multifonctions en réseau, faisant appel aux dernières innovations liées à la numérisation des documents et à la confidentialité des données.

    Outre l’amélioration de la qualité des services pour les utilisateurs, ce projet a permis une économie financière (-40%) et une réduction de la consommation de papier, d’encre, d’énergie et de matière.

  • Fabrice Delahaye, chef de projet de l’optimisation du parc d’impression (juillet 2014) :

    « On n’imprime plus sur son imprimante, mais sur un système disponible en tout lieu et à tout moment.

    Concrètement, 800 copieurs, imprimantes, fax et scanners ont été remplacés par 150 équipements multifonctions de qualité pour une offre globale et cohérente.

    Les premiers résultats se font déjà sentir : chute des impressions couleurs, recto-verso systématique, généralisation du scan… De nouveaux usages apparaissent : impressions croisées entre la Cité et le Palais, numérisation vers sa boîte de messagerie…

    Forcément, cela s’accompagne d’un changement des habitudes, mais les échos sont largement positifs. Les collaborateurs d’Universcience sont ouverts au changement, et notamment durable, s’il offre de réels progrès au quotidien. »

    Les imprimantes qui n’étaient plus utilisées, ont été données à l’association Ateliers sans frontières (310 imprimantes).

  • • Restaurant d’entreprise

    Le restaurant interentreprises (RIE) a un engagement fort en terme de développement durable :

    • suppression de l’huile de palme ;
    • réduction des graisses hydrogénées, colorants, conservateurs et émulsifiants ;
    • poissons autorisés suivant les recommandations du WWF
    • 90% des fruits et légumes doivent être frais ou surgelés et de préférence non transformés ;
    • 95% des fruits et légumes frais doivent être de saison ;
    • bilan annuel de développement durable.
éco-gérer

Gestion durable du patrimoine

Parce que l’expérience et le message qu’Universcience propose à ses visiteurs commencent aussi en amont de la visite d’exposition, nous avons à cœur de gérer durablement notre patrimoine et les abords de nos musées.

Préserver la biodiversité

  • Une transition verte dans la ville :

    L’évolution des attentes des visiteurs et l’arrivée du tramway porte de la Villette nous ont encouragés à transformer le parvis nord de la Cité des sciences, autrefois uniquement minéral, en un jardin planté et arboré de plus d'un hectare : une « transition verte » entre l’espace urbain du XIXe arrondissement et le parc de la Villette.

    Cela permet la captation de l’eau de pluie, ce qui participe d’une réduction de la pression sur les réseaux en cas de forte pluie et permet la recharge des nappes phréatiques.

    Les espèces végétales choisies sont complémentaires, non invasives, non allergènes, mellifères et adaptées au climat et au terrain, de façon à limiter les besoins en arrosage, en maintenance et à permettre la suppression des engrais et produits phytosanitaires chimiques.

    Evalué « réservoir urbain secondaire pour la biodiversité » par la direction des espaces verts de la Ville de Paris, nos jardins travaillent à leur échelle à une préservation de la biodiversité.

  • Les ruches de la Cité

    Fin mai 2011, trois ruches ont été installées à côté de la Cité des sciences. Les abeilles ont su profiter de la diversité florale du parc de la Villette et de la politique locale « zéro phyto » pour s’agrandir. En 2015 le rucher compte 8 ruches productrices d’un miel de Paris très parfumé.

     

    Les oiseaux reviennent

    Les douves autour du musée abritent nombres d’oiseaux : canards, hirondelles, bergeronnettes des ruisseaux, poules d’eau. Afin de leur offrir un environnement propice à leur développement, l’usage des produits chimiques pour le traitement de l’eau a été divisé par 10, selon un mode de gestion « homéopathique ».

  • Des travaux plus discrets

    Le projet de rénovation de l’accueil de la Cité des sciences s’est inscrit dans une démarche de Haute Qualité Environnementale (HQE). Le chantier, qualifié de « chantier à faible impact environnemental » a dû être exemplaire sur les aspects de formation et information du personnel et des compagnons, de gestion des déchets, de nuisances acoustiques et visuelles, de gestion des produits dangereux et de pollutions accidentelles.

    Le projet a permis une réduction significative de notre consommation énergétique grâce à un sas d’entrée revu à l’aune des enjeux énergétiques et l’optimisation des équipements de production de chaud.

    Ce projet s’est accompagné de la transformation de la galerie commerciale du métro Porte de la Villette en bureaux suivant une démarche de développement durable :

    • Les nouveaux bureaux sont dotés d’un système de pompe à chaleur sur sondes géothermiques. Un dispositif qui assure les besoins en chauffage et le rafraîchissement des locaux, tout en maximisant la gestion de l’énergie.
    • Des panneaux LED basse consommation assurent l’éclairage des bureaux, permettant ainsi des économies d’énergie et de maintenance ;
    • Le traitement du sol, les matériaux des cloisons et les peintures répondent aux normes les plus exigeantes en termes de qualité environnementale, acoustique et sanitaire ;
    • La qualité acoustique interne et le confort des postes de travail ont été particulièrement soignés.

Eco-rénover nos bâtiments

Universcience s’engage dans une gestion responsable de ses activités à plusieurs niveaux, notamment celui de la réhabilitation de ses bâtiments, visant à une amélioration progressive de leur qualité environnementale et du confort pour tous.

  • Le bâtiment dans le bâtiment : Le Palais de la découverte

    Le projet de restauration et d’aménagement du Grand Palais, qui abrite le Palais de la découverte, ne répondra pas aux meilleures pratiques de la qualité environnementale. La complexité réside dans le nombre de contraintes qui pèsent sur un bâtiment classé monument historique et qui doit permettre de recevoir des publics en toute sécurité.

    Néanmoins, cette démarche de rénovation s’inscrit de façon volontariste sur l’efficience énergétique et environnementale, et s’appuiera pour cela sur le référentiel Haute Qualité Environnementale (HQE) afin de développer des solutions adaptées à une bonne gestion des ressources naturelles et au respect de l’environnement.

    Sur les 14 cibles du référentiel HQE*, 6 cibles sont jugées prioritaires et font l’objet d’une évaluation environnementale tout au long de l’opération : chantier à faibles nuisances, gestion de l’énergie, entretien et maintenance, confort hygrothermique, confort acoustique et confort visuel.

  • Le projet d’éco-rénovation de la Cité des sciences et de l'industrie

    Vingt-cinq ans après son ouverture, la Cité des sciences doit faire face à des enjeux de sécurité, de confort et d'exemplarité environnementale qui présagent d’un vaste plan de rénovation.

    Cette rénovation, engagée depuis 2005, a déjà conduit au renouvellement de certains espaces et au renforcement de l'insertion urbaine (avec l'ouverture fin 2015 de Vill’up).

    Afin de conduire ce chantier exceptionnel, Universcience a engagé en 2014 un partenariat avec l’Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture (OPPIC) pour la réalisation des études préalables au chantier de grande réhabilitation de la Cité des sciences et de l’industrie. L’OPPIC est spécialisé dans la réhabilitation et la construction d’équipements culturels. A ce titre, il agit principalement pour le compte du ministère de la Culture ou de ses établissements publics.

    Le confort des publics et collaborateurs, les exigences environnementales et l’économie globale sont au centre du projet.

Fourmi, une exposition éco-conçue : scénographie légère, mobilier de brocante, moquette recyclée, …

dialoguer

Amélioration de la qualité de vie au travail

Universcience attache une importance particulière aux hommes et aux femmes qui « font » l’établissement à travers deux leviers :
- l’égalité professionnelle : une politique « handicap », des actions pour mieux vivre ensemble et la formation tout au long de la vie et la valorisation du « capital compétences » de tous les collaborateurs
- le mieux-être au travail, qui recouvre d’abord la sécurité et la santé, mais aussi le dialogue et la sensibilisation au développement durable.

Construire ensemble

  • L’égalité hommes/femmes

    En 2013 et 2014, des négociations sociales ont été faites sur l’égalité professionnelle.

    Version textuelle de l'égalité professionnelle

    Zoom sur l'image (Nouvelle fenêtre)

    En 2013, 20 pères ont bénéficié d’un congé paternité et/ou naissance et 24 mères ont bénéficié d’un congé maternité. En 2014, 12 pères ont bénéficié d’un congé paternité et/ou naissance et 21 mères ont bénéficié d’un congé maternité.

  • Politique handicap

    L’établissement poursuit son action en faveur de ses personnels handicapés, en cohérence avec la politique nationale pour l’accessibilité des lieux publics :

    • Télétravail : 3 collaborateurs sont passés en télétravail sur recommandation médicale.
    • Langue des signes française : 1 système d’interprétation en LSF à distance et de transcription simultanée de la parole à distance par le biais de la société Websourd a été inauguré.
    • Commande vocale : 1 licence Zoom Text et 1 logiciel à commande vocale ont été mis en place.
    • ESAT : Recours à des prestations de services via des Etablissements Spécialisés d’Aide par le Travail
  • Les ateliers « Constructifs ensemble »

    En 2014, Universcience inaugure une nouvelle forme de travail collaboratif et co-créatif entre ses collaborateurs pour construire ensemble des solutions d’avenir pour l’établissement à l’horizon 2020.

    Il s’agit d’ateliers thématiques au sein desquels des collaborateurs proposent des idées et des actions pour :

    • adapter les offres de l’établissement aux nouvelles attentes de nos publics
    • définir un nouvel équilibre économique
    • améliorer le fonctionnement et l’organisation

    dans le cadre du projet d’établissement et de son plan d’actions.

    Cette démarche innovante a fait l’objet d’un document de synthèse au printemps 2015 et des actions concrètes suivront prochainement.

Sensibiliser au développement durable

Des actions de communication auprès du personnel sont faites régulièrement sur le thème du développement durable. La réussite de notre politique RSE passe nécessairement par la mobilisation et l’adhésion de tous les collaborateurs.

  • Vivre ensemble

    Universcience participe à la mission ministérielle « Vivre ensemble » et s’efforce d’en appliquer les préceptes dans son propre fonctionnement.

    Quelques actions phares :

    • Publication du guide « Vivre et travailler avec des personnes handicapées »

    Ce guide, publié par et pour les personnels d’Universcience en 2012, présente les différents handicaps et donne quelques conseils simples pour participer à l'évolution des mentalités face au handicap.

    • Visites-découvertes entre services pour mieux se connaitre

    Fort de 1 200 salariés et 15 directions, Universcience propose chaque année une cinquantaine de rencontres entre services. Les collaborateurs découvrent alors l’établissement au-delà de l’exercice quotidien de leur activité, participant ainsi d'une culture d’établissement.

  • Sensibilisation à l’environnement

    L'établissement a mis en place une campagne d’affichage suivie par la publication d’un guide de l’éco-citoyenneté : Tri, impressions, énergie, recyclage… Chaque mois, une affiche thématique, accompagnée d’informations et de conseils pratiques pour adopter un comportement responsable au bureau était apposée dans les différents services.

    Une e-lettre et une rubrique intranet spéciales « développement durable » ont été mises en place. Faire connaître à tous les personnels les engagements et les actions menées par l’établissement, faire évoluer les pratiques et les habitudes au quotidien, tels sont les objectifs de ces deux moyens de communication interne.

    Sans oublier les visites des ruches de la Cité des sciences organisées pour le personnel pendant la période estivale.

  • Un marché bio pour les personnels d’Universcience

    En 2011, des salariés d'Universcience se sont fédérés pour créer une Amap (Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne). Chaque semaine, Marie et Mathieu, propriétaire d’une exploitation familiale biologique près d'Amiens, livrent différents types de « paniers » aux personnels qui souhaitent défendre une agriculture durable, c'est-à-dire écologiquement saine et socialement équitable.

    Mais créer une Amap n'est pas qu’une histoire de « paniers », c'est aussi échanger avec les producteurs sur leurs méthodes de culture, s'intéresser au choix des variétés, partager les interrogations financières ou les aléas climatiques…

Agir pour la santé de tous les personnels

  • Sécurité

    En 2014, une nouvelle politique de Santé et de Sécurité a été adoptée. Ses objectifs :

    • garantir la sécurité de notre public ;
    • protéger la santé et la sécurité de toutes les personnes qui travaillent sur nos sites ;
    • améliorer leur qualité de vie au travail ;
    • et préserver l’environnement.

    Quelques actions :

    • Prévention des risques chimiques notamment les cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques qui ont été intégralement substitués.
    • Des entretiens réguliers sont réalisés sur les Installations Classées pour la Protection de l’Environnement, notamment pour les tours aéro-réfrigérantes.
  • Santé

    Pour accompagner les changements sociétaux, Universcience s’est fixé des priorités d’actions :

    • Prévention des risques psychosociaux et des addictions ;
    • Prévention des troubles musculo-squelettiques (manutention, travail sur écran) ;
    • Actions de maintien dans l’emploi (personnel reconnu travailleur handicapé et/ou personnel vieillissant) ;
    • Prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles ;
    • Prévention des risques sanitaires lors des déplacements professionnels à l’étranger ;
    • Actions collectives de santé publique.

    En outre, des structures d’écoute ont été mises en place dont un groupe de travail « Conseil et prévention des pratiques addictives », un comité de santé psychosociale et un service social d’entreprise.

coopérer

coopérations avec nos partenaires

Universcience inscrit son activité de diffusion de la culture scientifique dans une démarche de partage des expertises et des savoir-faire. Etablissements publics, organismes de recherche, institutions publiques et politiques, collectivités locales, centres de sciences… sont les partenaires réguliers avec qui l’établissement mène des actions communes pédagogiques, muséographiques ou événementielles sur des thématiques variées : activités numériques, médiation humaine et programmes éducatifs.

Se développer avec les acteurs locaux

  • Pour une convergence des bonnes pratiques avec nos partenaires commerciaux

    Les engagements des boutiques Réunion des musées nationaux-Grand Palais (RMN-GP), installées au Palais de la découverte et à la Cité des sciences :

    • De nombreux jouets et des livres abordent les thématiques de l’environnement
    • La carterie et la papeterie sont, autant que faire se peut, faites de matières premières relevant des principes de développement durable.
    • Les sacs en caisse sont proposés et non imposés à la clientèle. Ils sont biodégradables (fécule de maïs).
    • Les commandes sont groupées pour générer le minimum d’allers-retours des transporteurs.
    • La RMN-GP travaille avec des fournisseurs engagés dans une démarche éco-responsable et des entreprises intégrant les centres d’aide par le travail.
  • Politique de site Villette : Des parcours artistiques et culturels

    Trois thématiques :

    • Le parcours sensible : cinq sens pour découvrir la Villette
    • Le parcours des invisibles : la face cachée de la Villette qui donne la possibilité de découvrir les coulisses du parc et des endroits auxquels le public n’a habituellement pas accès.
    • Un parcours à dimension sociale destiné à répondre à une demande spécifique émanant d’une structure sociale à propos d’un individu ou d’un groupe.

    Chaque parcours comprend des visites, la rencontre avec un artiste ou un professionnel de la culture, un atelier de découverte, un accès aux ressources et des débats.

4ème forum national de la culture scientifique, technique et industrielle mercredi 18 mars 2015 à la cité des sciences et de l'industrie

S’engager sur le plan national

  • L’accueil et la coopération

    Universcience accueille et coopère avec des étudiants, des organismes de recherche, des associations éducatives et des partenaires industriels.

    En effet, pour sensibiliser nos publics aux nouveaux usages et aux innovations émergentes, une synergie a été développée avec des réseaux de start-ups et de PME. L'objectif étant de les encourager à participer à des actions de sensibilisation aux nouvelles technologies. Par exemple, lors de la Fête de la science de 2013, un Village de l’innovation leur était dédié.

    Un fonds de dotation appelé Universcience Partenaires a pour vocation de créer des partenariats entre Universcience et des entreprises soucieuses de promouvoir la science et la technologie auprès des jeunes et du grand public. Ces partenariats peuvent prendre la forme d’expositions, de colloques ou d’actions en faveur des jeunes. Universcience Partenaires encourage les entreprises partenaires à utiliser leurs contreparties dans le cadre d’actions sociétales : notamment pour l’accompagnement scolaire et l’aide au public défavorisé offerts à la Cité des sciences et au Palais de la découverte. Universcience, le fonds et les partenaires mènent également une réflexion partagée sur les moyens à mettre en œuvre pour mieux faire connaître aux jeunes les métiers de l’industrie et de l’innovation. L’Observatoire des innovations, le Fab Lab, les rencontres lycéens/entrepreneurs sont quelques exemples de partenariats réussis dans cet objectif.

  • Le Club de développement durable des établissements et entreprises publics

    Créé en octobre 2006, le club de développement durable des établissements et entreprises publics regroupe une soixantaine d’adhérents dans le but de favoriser la réflexion stratégique et la mise en œuvre du développement durable dans les organismes publics. Son action s’inscrit dans les engagements du Grenelle de l’environnement visant l’exemplarité des pouvoirs publics. Animé par la Délégation au développement durable du ministère de l’écologie, il contribue à faire du développement durable l’objectif partagé et structurant des stratégies, politiques et actions des organismes publics.

    La Cité des sciences a signé la charte du club de développement durable en novembre 2009. L’établissement est aujourd’hui membre au titre d’Universcience. Le club organise des sessions plénières d’information, de veille environnementale et de partages de bonnes pratiques. Il donne également lieu à des groupes de travail spécifiques dont un copiloté par Universcience et le Musée du Quai Branly sur la gestion responsable des éléments des fins de vie d’événements et d’exposition.

  • Réflexion nationale au sein des réseaux scientifiques (Amscti)

    Au titre de sa mission de pôle national de référence, Universcience s’était donné deux objectifs : impulser une structuration du réseau des acteurs de la culture scientifique et technique et permettre aux crédits du Programme des Investissements d’Avenir de financer des projets ambitieux et structurants dans le champ de la culture scientifique et technique.

    Co-organisé par Universcience, le Commissariat général aux Investissements d'Avenir et l’Amcsti dans le cadre du projet Estim-Gouvernance, le 3e forum national de la CSTI, organisé à la Cité des sciences an janvier 2014, mettait l’accent sur le rôle de l’innovation et des cultures scientifique, technique et industrielle comme élément de cohésion territoriale et de partage des savoirs avec tous les habitants.

Rayonner à l’international

  • Investissement au niveau européen : pour contribuer activement à une réflexion commune

    Un exemple d'initiative : Universcience a participé à une consultation citoyenne sur la gestion des déchets dont les résultats serviront à la Commission européenne pour établir les priorités de l'Europe en matière de gestion des déchets urbains. Voices (Views, Opinions and Ideas of Citizens in Europe on Science) : projet européen piloté par le réseau des centres et musées de science européens ECSITE, est une consultation citoyenne sur le thème de la gestion des déchets qui s’est tenue au printemps 2013. L’objectif de cette action pilote était d’émettre des recommandations afin d’enrichir le nouveau programme cadre de recherche 2014-2020 traitant des problématiques liées à l’énergie et au développement durable.

  • Investissements au niveau international : pour soutenir des initiatives et partager notre expertise

    Quelques exemples :

    • Le Nature Group d'Ecsite : ce groupe thématique a pour objectif d’apporter une émulation entre les centres de science, les musées de science, les musées d’histoire naturelle, les centres de recherche, les universités, les aquariums et les zoos. Tous ces organismes traitent à leur manière des sujets relatifs à la nature mais le besoin s’est fait sentir de renforcer les liens entre eux et de permettre des échanges d’expertises et de connaissances. Ce groupe a été l’occasion de présenter la démarche d’éco-conception des expositions et notamment le guide réalisé par Universcience, traduit en anglais et en hébreu.
    • Séminaire international « Promouvoir la culture scientifique et technique en Afrique francophone : un levier pour renforcer le rôle des femmes et des jeunes »
      En partenariat avec l’ICOM (conseil international des musées) et l’ASTC (association internationale de centres de sciences) et avec le soutien financier de l'Unesco, Universcience a proposé un séminaire sur la culture scientifique et technique, et le rôle des centres de science en Afrique, qui s'est tenu à Dakar les 9 et 10 octobre 2014 dans la perspective du Sommet de la francophonie. Le Sommet ayant pour thème les jeunes et les femmes, l'objectif de ce séminaire était, en amont, de mobiliser des décideurs et scientifiques sur l'importance de la culture scientifique technique et industrielle dans les politiques de développement, notamment comme facteur d’émancipation, et à encourager son soutien dans l'espace francophone et en particulier en Afrique.